Lire l'article du Parisien Hauts de Seine en ligne en cliquant ici

63 postes d’enseignants à la trappe

Comment accueillir davantage d’élèves avec moins de professeurs ? C’est le problème que devra résoudre d’ici à septembre l’inspecteur d’académie des Hauts-de-Seine, Edouard Rosselet. Le rectorat de Versailles l’a en effet sommé de « rendre » 63 postes d’enseignant et 16 d’intervenant en langue, alors que le département devrait accueillir 963 élèves supplémentaires dans le premier degré, écoles maternelles et élémentaires.

« Et pourtant, pour scolariser tous ces enfants, l’inspecteur d’académie évalue à une trentaine le nombre de classes supplémentaires à ouvrir à la rentrée 2012, et donc autant de postes d’enseignant », indique Céline Potvin, secrétaire départementale du Snuipp-PEGC, principal syndicat enseignant du premier degré.

Pour ce syndicat, la baisse des moyens annoncée par le rectorat signifie, pour la rentrée, des classes surchargées et une réduction de l’accueil des enfants de moins de 3 ans. Comme dans plusieurs autres départements d’Ile-de-France, le Snuipp appelle les enseignants à faire grève le mardi 31 janvier pour exprimer leur mécontentement.

De leur côté, les collèges et les lycées du département perdront 90 emplois — un emploi correspond à 18 heures de cours hebdomadaires — à la rentrée. Ils en avaient déjà perdu 120 à la rentrée 2011. Le rectorat prévoit des effectifs en baisse dans les établissements, mais les chiffres évoqués surprennent le Syndicat national des enseignants du second degré (Snes).

« On nous annonce 1000 élèves en moins : 700 dans les lycées, 300 dans les collèges. Cela nous étonne d’autant plus dans les collèges avec l’arrivée des enfants du baby-boom de l’an 2000, commente Jean-François Gay, secrétaire départemental du Snes 92. L’inspection académique a fait le choix de retirer 550 heures d’enseignement dans les collèges et 1592 heures dans les lycées. » Les réformes des lycées (suppression de l’histoire en terminale, réduction de quatre ans à trois ans des formations en bac pro…) permettent de réduire le nombre d’heures. Mais le Snes prévoit, pour l’année prochaine, des classes de seconde très chargées et une réduction de l’offre de formation.

Des professeurs du collège Edouard-Manet de Villeneuve-la-Garenne étaient en grève, hier, pour protester contre le nombre jugé « insuffisant » d’heures d’enseignement attribuées à la rentrée 2012. Selon l’inspecteur académique, cette baisse est liée à une diminution du nombre d’élèves.